Vente des pièces détachées automobiles: Abdoulaye GOUTENI, un modèle de réussite des jeunes

Vente des pièces détachées automobiles: Abdoulaye GOUTENI, un modèle de réussite des jeunes

Written by moonsjok

août 18, 2022

Le soleil qui pointe à l’horizon dans le ciel loméen n’a pas encore  fini de brandir ses rayons que Abdoulaye GOUNTENI, la quarantaine, vendeur des pièces détachées automobiles , s’active. Une activité qu’il exerce depuis plusieurs années, aujourd’hui florisante, à base de laquelle, il nourrit sa famille. Dans le quartier Akodésséwa, au centre de Lomé la capitale du Togo, il est l’un des tenants de ces petits magasins de pièces détachées, qui peuvent être fiers de l’entrepreneuriat informel.

Lomé, 30 juillet 2022. Akodésséwa, un carrefour qui fait parler de lui-même. Un quartier dans lequel les jeunes, en provenance de la région de Savanes , prospèrent.  Des entrepreneurs , qui ont choisi le commerce des pièces détachées automobiles, depuis plusieurs années. Parmi ceux-ci figure Abdoulaye GOUNTENI, la quarantaine révolue, père de famille et chef d’entreprise.

L’histoire de Abdoulaye GOUNTENI, avec les automobiles remonte à des années plus tôt. De sa région natale, dans laquelle il débuta les études, il a été toujours friand des automobiles. Après les études au lycée, il se lance comme revendeur de pièce détachées automobile dans la zone portuaire à Akodésséwa. Aujourd’hui, un regard en arrière, il confie: «Il faut dire que c’est mon échec au probatoire qui a été l’élément déclencheur. Je  m’étais dit qu’il faut tout de suite se lancer dans la vie active. J’ai fait beaucoup de petits boulots avant de me résoudre à m’installer ici à Akodésséwa auprès de mes frères qui s’étaient déjà fait une belle carrière dans la vente des pièces détachées automobiles», dit-il. Avant de poursuivre « J’ai été attiré d’une part par l’abnégation et le travail acharné de mes aînés qui étaient déjà sur place. J’ai vu en ce métier une belle perspective et je m’y suis installé.

Les pièces détachées, une activité prisée

La vente des pièces détachées pour automobile dans la zone portuaire est exercée à plus de 80% par des jeunes originaires de la région des savanes,  ceci a été possible grâce à la solidarité agissante et l’esprit de l’entraide , des  valeurs très chères qu’ils ont su cultiver.  Abdoulaye GOUNTENI se rappelle encore comme si c-était hier:  » Moi j’ai été attiré par mes frères qui étaient déjà solidement installés ici, et c’est comme ça par affinité chacun est venu voir son frère, son cousin, son oncle et l’esprit de l’entraide qu’on avait déjà à Dapaong à impacté positivement sur notre nombre. Je peux affirmer que nous sommes à plus de 70 % dans la zone portuaire ici pour ce qui est du commerce des pièces détachées automobiles  » , explique t -il fièrement.

Une activité secouée par la crise mondiale

 Le secteur de la vente des pièces détachées automobiles n’échappe pas à la crise économique mondiale actuelle,  mais les acteurs avouent être résiliant. La plupart des marchandises sont importées soit de l’Europe , ou de la Chine,  et parfois des pays voisins comme le Ghana,  ou le Nigeria. Et, lorsque tous les secteurs de la navigation sont affectés, il n’y a pas de doute que les commerçants ressentent les répercussions mais l’instinct de survie fait que l’être humain arrive d’une manière ou d’une autre à s’adapter à toutes les situations et à s’en sortir.  » Nous sommes obligés d’affirmer notre intelligence et accroître nos capacités d’adaptation pour pouvoir s’en sortir . » explique Abdoulaye GOUNTENI.

Réagissant à la situation actuelle que vit la région des savanes, il estime que la providence ne viendra que d’un effort personnel et invite les jeunes à ne pas tomber dans le piège de l’ennemi. Il appelle les populations à prendre activement part dans la lutte contre ce fléau en dénonçant tout ce qui est suspect à l’autorité afin que nous gagnions cette guerre qui endeuille des familles au quotidien.

Robert DOUTI

Laabal

You May Also Like…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *